2015 : l'année économique ovine. Perspectives 2016 (Dossier Economie n° 467)

Disponibilité : En stock

18,00 €

Description rapide

Dans la déprime ambiante du secteur de l’élevage, les filières ovines pourraient paraître épargnées, les estimations de revenus étant en hausse pour quasi tous les systèmes en 2015. Les signaux demeurent toutefois contradictoires, avec une baisse du cheptel reproducteur qui se poursuit, la nouvelle épizootie de FCO qui s’étend progressivement sur le territoire et la consommation de viande ovine qui ne cesse de baisser.

2015 : l'année économique ovine. Perspectives 2016 (Dossier Economie n° 467)

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

Détails

Dans la déprime ambiante du secteur de l’élevage, les filières ovines pourraient paraître épargnées. Les revenus sont en progression pour presque tous les systèmes en 2015, selon nos estimations, qui restent toutefois à confirmer. En effet, nous avons pris l’hypothèse de la revalorisation des aides PAC telle qu’affichée par le Ministère de l’agriculture, alors que de nombreuses incertitudes subsistent sur l’application effective de la convergence des aides découplées, en particulier sur les parcours.

Signaux contradictoires, car les nuages s’accumulent dans un ciel qui n’a jamais été parfaitement serein. La baisse du cheptel de reproductrices n’est pas enrayée : elle atteint encore 2% en 2015, et près de 3% pour le seul cheptel allaitant. Le renouvellement des générations d’éleveurs paraît toujours délicat dans l’ambiance délétère qui affecte l’ensemble des activités d’élevage.

La nouvelle épizootie de FCO qui s’étend progressivement sur le territoire depuis la mi-septembre a en outre affecté les échanges d’ovins vivants et fait peser de nouvelles menaces : si les performances zootechniques ont été jusqu’alors peu affectées, on ignore encore les conséquences à terme de cette épizootie de sérotype 8. 

Côté marchés, la consommation française a souffert en 2015 face à la hausse des prix au détail et au recul des importations, malgré une stabilisation de la production nationale. Les prix des agneaux à la production plafonnent depuis Pâques 2015 et s’inscrivent continûment sous leur niveau des années précédentes. La valorisation des agneaux en abattoir est en effet handicapée par un prix des peaux en chute libre. D’un autre côté, les charges refluent elles aussi. Et le prix du lait de brebis a pu lui être revalorisé, en particulier dans le Rayon de Roquefort.

En 2016, les marchés ne devraient pas être encombrés par des productions supplémentaires : elles sont attendues en baisse de 6 à 8% en Océanie. Seul le Royaume-Uni devrait produire davantage. Les questions concernent plutôt les débouchés : la tenue de la demande à l’import chinoise, d’éventuelles conséquences d’un Brexit, quand le Royaume-Uni est le premier marché européen pour l’agneau océanien…

La consommation française est de plus en plus tournée vers les produits nationaux. L’enjeu principal pour la filière française reste donc de pouvoir fournir cette demande potentielle en quantité comme en qualité, ce qui n’ira pas sans des efforts accrus de contractualisation.

Ce document existe aussi en version électronique

Informations complémentaires

N° Technipel 2074
Auteur principal GEB
Edition Institut de l'Elevage - 2016
Nombre de pages 40
Format A4
ISBN Non
Nature de produit Non