Nouvelle-Zélande : la filière laitière rattrapée par les exigences de durabilité ? (n°484 - Décembre 2017) - pdf

Disponibilité : En stock

10,00 €

Description rapide

Avec 30% des exportations mondiales, la Nouvelle-Zélande est un acteur clef des marchés laitiers. L’impressionnant développement de sa production s’est appuyé en bonne partie sur le pâturage, mais via l’usage massif de l’irrigation dans le sud, et aussi sur un développement de la complémentation. Hausse des coûts de production et surtout de l’endettement peuvent fragiliser les exploitations. En outre la filière est rattrapée par les exigences citoyennes, réglementaires et commerciales en matière d’environnement et plus largement de durabilité, ce qui devrait limiter- sans annuler- la croissance sur la prochaine décennie.

Nouvelle-Zélande : la filière laitière rattrapée par les exigences de durabilité ? (n°484 - Décembre 2017) - pdf

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

* Champs obligatoires

10,00 €

Détails

La filière laitière néo-zélandaise s’est dès l’origine focalisée sur l’export, qui absorbe plus de 95% de sa production. Elle s’est considérablement développée, en particulièrement ces 20 dernières années. Profitant de la demande globale croissante, elle a fourni à elle seule 45% des volumes de lait supplémentaires échangés dans le monde entre 2010 et 2017.

La production laitière a été multipliée par 2 en 15 ans, en premier lieu grâce à une nette augmentation des surfaces et du cheptel laitiers au détriment de l’élevage allaitant (ovin et bovin), principalement dans l’île du Sud via l’usage massif de l’irrigation. Les éleveurs ont profité des atouts fonciers et pédoclimatiques indéniables du pays pour le pâturage, mais ils ont aussi sensiblement intensifié la production via le recours à davantage de complémentation alimentaire, notamment depuis 2007. La ruée vers l’or blanc a ainsi provoqué un renchérissement du foncier, une augmentation de l’endettement et un alourdissement des coûts de production. Les exploitations ont encore des marges de progrès mais ne sont pas à l’abri d’un risque de bulle financière, même si les banques nationales continueront à tout faire pour l’éviter, comme en 2015-2016.

Restructurée sous l’impulsion du Gouvernement en 2001, sous la menace d’un panel à l’OMC contre le monopole d’État à l’export (NZ Dairy Board) la transformation laitière demeure extrêmement concentrée : Fonterra, principale coopérative laitière, collecte et transforme plus de 80% des volumes de lait du pays. À l’image de Friesland Campina aux Pays-Bas, elle donne le « la » à l’ensemble de la filière, même si ses concurrents privés se développent à grand renfort de capitaux asiatiques.

Compte tenu de la forte saisonnalité de la production et de l’orientation export, l’essentiel de la production est transformé en commodités laitières, au 1er rang desquelles figurent les poudres grasses. Mix produit peu différencié et massification ont été les clefs du développement rapide et compétitif de la filière. Mais la volatilité extrême sur le marché des commodités et les évolutions anticipées de la demande, notamment chinoise, incitent les transformateurs à s’orienter vers les produits à plus forte valeur ajoutée, notamment pour la restauration (Food service).

Le développement rapide de la production laitière a impacté l’environnement : la qualité de l’eau en particulier se dégrade en lien avec l’augmentation du lessivage de l’azote dans les zones laitières. La disponibilité en eau, les émissions de gaz à effet de serre, le bien-être animal sont de plus en plus débattus par les associations et les pouvoirs publics. La filière laitière est pointée du doigt sur ces questions. Elle doit répondre aux nouvelles réglementations mises en œuvre au niveau régional, retrouver la confiance des citoyens et défendre une image clean and green auprès de ses clients internationaux. De nouvelles contraintes pèsent donc sur les possibilités de développement des exploitations et leurs coûts de production…

La croissance laitière devrait ainsi sensiblement ralentir sur la prochaine décennie. Pour autant, Fonterra a réaffirmé son ambition de profiter d’une demande mondiale toujours croissante, misant sur un développement de son approvisionnement hors de Nouvelle-Zélande.

Ce document existe aussi en version papier

Informations complémentaires

N° Technipel L0088
Auteur principal GEB
Edition Institut de l'Elevage 2018
Nombre de pages 40
Version Électronique
Taille (Mo) 1
Nature de produit Téléchargements