2011 : L'année économique ovine. Perspectives 2012

Disponibilité : En stock

27,00 €

Description rapide

En 2011, les abattages français de viande ovine ont connu une hausse pour la première fois depuis les années 80. Cette production dynamique s’explique à la fois par une baisse de cheptel limité fin 2010, une amélioration de la productivité numérique dans certains bassins mais également par des abattages de femelles renforcées du fait de la sécheresse du printemps 2011. Malgré des coûts de production en forte hausse et une consommation d’agneau morose, la plupart des fondamentaux du marché ont été positif en 2011.

2011 : L'année économique ovine. Perspectives 2012

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

Détails

Après plusieurs décennies de recul de la production française de viande ovine, l’année 2010 avait apporté l’espoir d’une inversion de tendance avec une production stabilisée. 2011 a bien répondu et les abattages français ont été en hausse pour la première fois depuis les années 80 (+3%).

Ce bilan encourageant s’explique par une baisse de cheptel limitée fin 2010, une amélioration de la productivité numérique dans certains bassins de production, mais également, et c’est là une ombre au tableau positif que nous dressons, à des abattages de femelles renforcés du fait de la sécheresse du printemps 2011.

Par ailleurs, les coûts de production sont repartis à la hausse en 2011. L’IPAMPA ovins viande a même dépassé son niveau record de 2008. Mais les prix à la production ont encore progressé de quelques pourcents, et les disponibilités restreintes à l’importation, en provenance du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Zélande n’y sont pas étrangères. La plupart des fondamentaux du marché étaient donc encourageants en 2011, sans oublier les effets du rééquilibrage des aides et de la nouvelle prime à la brebis mise en place en 2010.

Malgré les volumes français supplémentaires, la consommation d’agneau a souffert du déficit d’importation et les achats des ménages ont de nouveau reculé en 2011 (-6%) avec une baisse plus importante en GMS (-8%) qu’en boucherie traditionnelle (-2,5%).

Pour 2012, on s’attend à ce que la tendance à la baisse reprenne le dessus du fait d’une probable baisse de cheptel fin 2011 suite aux abattages pendant la période de sécheresse.

Informations complémentaires

N° Technipel 1963
Auteur principal Non
Edition Institut de l'Elevage
Nombre de pages 54 Pages
Format A4
ISBN Non
Nature de produit Livres techniques