2013 : L'année économique ovine. Perspectives 2014 (Dossier Economie N° 445) - pdf

Disponibilité : En stock

10,00 €

Description rapide

2013, atypique. 2014, pleine d’espoir. Sécheresse en Nouvelle-Zélande, explosion des importations chinoises de viande ovine, courbe des prix de l’agneau lourd inversée en France… 2013 a décidément été une année atypique pour la filière ovine! Cette nouvelle édition du dossier Annuel ovin fait le point sur tous les éléments qui ont marqué 2013 et donne un aperçu des perspectives 2014 pour la filière en France, en Europe et dans le monde.

2013 : L'année économique ovine. Perspectives 2014 (Dossier Economie N° 445) - pdf

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

* Champs obligatoires

10,00 €

Détails

Une courbe des prix inversée, avec des cours de l’agneau lourd plus élevés au 2ème semestre qu’au premier : 2013 a bien été une année atypique ! Bien sûr, cela a été décourageant pour les producteurs en contre saison qui ont dû supporter des coûts d’aliment toujours très élevés et subi, comme tous, des conditions fourragères difficiles en 2012 et début 2013.

Tout cela a affecté les revenus des systèmes les plus intensifs, viandes et laitiers. Cela explique pour une bonne part les baisses de cheptels et de production de viande encore enregistrées l’an passé en France. Quant à la production laitière, elle s’est tout juste stabilisée. Mêmes causes, mêmes effets, le cheptel a été aussi fortement affecté en Irlande et en Espagne …

Cela n’a pourtant pas été le cas au Royaume-Uni, ou encore en Roumanie. Là, malgré la concurrence des importations extracommunautaires importantes début 2013, le cheptel a nettement rebondi.

Il semble bien que l’appel du large stimule désormais la production. Les exportations sur pays tiers ont explosé l’an passé, tout particulièrement vers Hong-Kong, depuis le Royaume-Uni comme depuis l’Irlande. La demande chinoise à l’importation (Hong Kong inclus) a en effet doublé en 2013, dépassant les 300 000 téc. A tel point que c’est devenu le premier débouché pour les exportateurs océaniens et même uruguayens… Et s’il se passait pour la viande ovine ce qui se produit depuis des années pour tant d’autres produits agricoles ?

Côté français, ce n’est pas le seul signe d’espoir : la PAC devrait aussi conforter la grande majorité des élevages ovins, même si les impacts seront très disparates selon les situations individuelles (statut juridique de l’exploitation, références historiques…).

Totalement repensé, pour être plus concis, plus illustré, cet Annuel analyse non seulement les marchés comme auparavant, mais désormais également les revenus des exploitations.

Ce document existe aussi en version papier

 

Bénéficiez d’une remise de 20% pour tout achat en ligne d’au moins 3 produits «Dossiers Economie» ou «Diaporama marchés mondiaux» en pdf (sauf Abonnement).

Informations complémentaires

N° Technipel L0024
Auteur principal GEB
Edition Institut de l'Elevage - avril 2014
Nombre de pages 44
Version Électronique
Taille (Mo) 4
Nature de produit Téléchargements